05-03-2021
Accueil
shadow1
Rubriques
Accueil
Crédits et stats
Logiciels
Mon roman
Usenet (extraits)
Mon album de famille
Usenet how-to
Best of Usenet
Programmes TV
DVBViewer
Mon blog
Audio hifi éléctronique
Qui suis-je ?
Les Mythes de la hifi
Protection d'amplis
Ampli CR courant
Alim. Crescendo
Platine à Bras radial
Comparaison contre réaction de courant/voltage
VSSA Diamond
DVSSA (2)
Forum diyAudio.com
Photographie
Montage Hexanons
Stigmometre pour APN
Les baffles
Hexanon sur le web
Tests Hexanons
Calage map infini
Af-Confirm Dandelions
* Galerie photo *
street-photo
Naviguer
Plan du site
Rechercher
Communiquer
Forum
Chat en ligne.
Me contacter
Arnaques sur le web
Télécharger
Téléchargements
Xnews-fr
Gravity-fr
Wscripts
Membres
Me connecter
Créer son compte
Mot de passe perdu
Principe du stigmometre Convertir_en_PDF Version_imprimable Envoyer_par_mail
christophe Esperado : 24-05-2009
 

Inventé par Dodin en 1943, le stigmomètre est ce dispositif qu'on trouvait sur les appareils argentiques, qui découpait un cercle coupé en deux au milieu de la visée. (On me glisse dans l'oreillette qu'ils découperaient encore aujourd'hui). Quand la barre de séparation est horizontale, les verticales du sujet sont décalées dans les deux demi cercles en l'absence de point, dans un sens si le point est trop devant, dans l'autre s'il est trop derrière et parfaitement alignées quand le point est parfait.
Il suffit donc, pour faire le point d'aligner le plus parfaitement possible une ligne verticale située sur son plan de netteté désiré avec la bague de mise au point de son objectif.
Le réglage est très facile (si on trouve une ligne nette) et aussi précis que le live viewX10 de nos Olympus.
Moins évident s'il n'y a pas de droite visible dans son sujet.

Comment ça marche ?
Ce sont deux prismes d'angle opposés moulés au centre du dépoli:


demistig.jpg


Ils dévient les rayons lumineux provenant des bords opposés de l'optique suivant ce schéma:
Image
chemin des rayons lumineux


Du coup, l'oeil voit bien deux lignes décalées:

On comprend bien que, si le plan du stigmo se trouve bien au plan focal (plan de netteté) les cones verts et rouges en sortie seront superposés:

Image

On voit qu'il existe une zone dans l'axe où l'on perçoit bien les rayons issus des deux prismes en même temps. On voit aussi que, si on s'éloigne de cet axe, on va sortir de la zone d'un des prismes et que, par conséquent, l'image dans celui-ci va s'assombrir.

Mais que deviennent les rayons centraux issus de l'optique, ce qui arrive quand on ferme le diaphragme, par exemple ? Ils sont déviés par les angles  opposés des prismes, l'un dans un sens, l'autre dans l'autre. Il arrive un point où les cônes de sortie ne se recoupent plus. Si l'œil est bien centré, il ne verra plus que deux demi cercles noirs au milieu de la visée. si l'on décale l'oeil d'un coté ou de l'autre, on tombera enfin dans la zone d'un des prismes et on verra sa demi image.
Mais il sera impossible de voir les deux en même temps: le stigmomètre est devenu inutilisable.
Image

Dans la pratique les cônes se superposent jusqu'à 5.6, sont à la limite à 8 et il n'y a plus aucune coïncidence (vision des deux demi cercles en même temps) en dessous.

On en profitera pour juger du sérieux de certains fabricants offrant des "traitements" de vos verres de visée permettant de travailler à diaf plus fermé. Le seul moyen de parvenir à cela étant de diminuer l'indice de reffraction (ce qui est possible avec des vernis), ce qui implique une diminution de la déviation, donc de la précision du point. Le résultat sera le même (optiquement moins bon, les vernis, bof...) que celui obtenu par un prisme aux angles plus faibles.

Rendons hommage au génie de monsieur Dodin, pour avoir imaginé un dispositif aussi ingénieux, simple, ne nécessitant aucun réglage et dont les fabricants nous privent aujourd'hui.
 
shadows2
 
shaddow3

Forum de street-photographie Valid XHTML 1.0 Transitional

Top!
Generated in 0.22 Seconds