28-11-2021
shadows1
Rubriques
Accueil
Crédits et stats
Logiciels
Mon roman
Usenet (Extraits-Bestof)
Programmes TV
DVBViewer
Mon blog
Audio hifi éléctronique
Qui suis-je ?
Les Mythes de la hifi
Protection d'amplis
Ampli CR courant
Alim. Crescendo
Platine à Bras radial
Comparaison contre réaction de courant/voltage
VSSA Diamond
DVSSA (2)
Forum diyAudio.com
Photographie
Montage Hexanons
Stigmometre pour APN
Les baffles
Hexanon sur le web
Tests Hexanons
Calage map infini
Af-Confirm Dandelions
* Galerie photo *
street-photo
Naviguer
Plan du site
Rechercher
Communiquer
Forums du site
Chat en ligne.
Me contacter
Télécharger
Téléchargements
Xnews-fr
Gravity-fr
Wscripts
Membres
Me connecter
Créer son compte
Mot de passe perdu
 
Litterature Convertir_en_PDF Version_imprimable Envoyer_par_mail
Christophe Esperado : 04-01-2002
 
Je ne parlais pas nécessairement de littérature, tout le malentendu vient de là.

 Noyé sous des tonnes de débris culturels depuis ma prime enfance, traîné au Louvre par mes grands parents peintres aux séances de l'académie par mon oncle en habit vert, exaspéré par le massacre des lettres à Elise et autres "méthode rose" que les élèves de ma moman pianiste reprenaient à l'envie, j'ai droit au bénéfice de circonstances atténuantes. Ma mère étant, de plus, grande voyageuse, il a fallu transbahuter tout ça très souvent, d'immeubles en immeubles (architecture), de ville en villes (urbanisme), monter le piano (musique) dans des escaliers étroits aux rampes envahissantes (sculpture), reclasser sans cesse les livres de famille, de plus en plus poussiéreux et nombreux dans des bibliothèques de plus en plus petites (littérature). Puis, à sa mort, il a fallu se partager les tableaux de famille, y compris ceux, inachevés par centaines, découverts dans le vieux garde meuble (peinture). Il me reste des arts une vision fort personnelle, que je ne demande à personne de partager étant altruiste et n'ayant aucun kinésithérapeute ni psychiatre dans mes proches relations.
Lorsqu'on m'a posé, pour la première fois la question de l'île déserte, avec Le disque ou bien Le livre à y emmener avec soi, je suis resté sans voix. Ce n'était pas une question, c'était une révélation! Depuis, j'ai radicalisé la méthode. Pensé que les souvenirs étaient moins lourds à porter. L'âge venant, cela s'avère insuffisant, il va falloir faire le tri des souvenirs aussi.  N'y voyez donc aucune contradiction, mais un enchaînement (mathématique) de relations de cause à effet. Il est aussi à remarquer que tout le monde s'entend pour affirmer qu'à notre époque il n'existe plus d'île déserte.

Lire/ajouter un commentaire >

 
 
shadows2
 
shadows3

Valid XHTML 1.0 Transitional CSS Valide !

Top!
Generated in 0.19 Seconds