28-11-2021
shadows1
Rubriques
Accueil
Crédits et stats
Logiciels
Mon roman
Usenet (Extraits-Bestof)
Programmes TV
DVBViewer
Mon blog
Audio hifi éléctronique
Qui suis-je ?
Les Mythes de la hifi
Protection d'amplis
Ampli CR courant
Alim. Crescendo
Platine à Bras radial
Comparaison contre réaction de courant/voltage
VSSA Diamond
DVSSA (2)
Forum diyAudio.com
Photographie
Montage Hexanons
Stigmometre pour APN
Les baffles
Hexanon sur le web
Tests Hexanons
Calage map infini
Af-Confirm Dandelions
* Galerie photo *
street-photo
Naviguer
Plan du site
Rechercher
Communiquer
Forums du site
Chat en ligne.
Me contacter
Télécharger
Téléchargements
Xnews-fr
Gravity-fr
Wscripts
Membres
Me connecter
Créer son compte
Mot de passe perdu
 
Bar du styx Convertir_en_PDF Version_imprimable Envoyer_par_mail
Mahatma Mordechaï O'Malley/Christophe : 07-07-2002
 

Bar du Styx 7 juil 2002 16:12  (Conversation entre Bar du styx et ch.)

Ch.Esperado poussa un de ces cris désespérés, qui, chacun le sait, sont les plus beaux : "C'est plutôt le mec à la bouteille de lait qui devrait surveiller son portefeuille, vous ne croyez pas ?"

Capitaine Hartmann fit l'expérience de ce genre de débacle sentimentale le soir où, à Hambourg, il croisa sur son chemin la petite Lia, accompagnée d'un voyou timide et flêtri, et qu'il crut rencontrer sa jeunesse.
 Quand, le lendemain,  les schupos le ramassèrent dans un hangar près du marché aux poissons, Capitaine Hartmann grelottait de froid et de chagrin. Etant un homme d'honneur, il ne pleurnicha pas sur l'épaule des flics mais leur demanda de lui appeler un taxi.
Ce fut moi qui recueillit ses confidences :

"Dans la voiture je pus constater que j'avais été dévalisé proprement de tout ce que j'avais dans mes poches. Ma montre-bracelet avait également disparu. Mais rien ne pouvait compenser la peine immense que je ressentais. Rien, rien! Car maintenant je savais bien, monsieur, que jamais plus je ne rencontrerais la petite Lia et le jeune homme qui me ressemblait quand j'avais vingt ans. Je rentrai dans mon hôtel, gonflé de chagrin. Le portier régla le chauffeur de taxi car je n'avais plus un sou sur moi. (...)
Pourtant, dites-moi, monsieur, dites-le moi bien franchement : Etes-vous sûr que je ne rencontrerai plus jamais la petite Lia et l'homme qui m'a dévalisé et qui me ressemblait quand j'avais vingt ans? Etes-vous sûr que je ne les rencontrerai plus ici, ni à Palerme, ni à Londres, ni à Rouen, ni à Barcelone, ni...?"

"Il me semble, répondis-je, que tout est fini et que vous pouvez dormir tranquille."

Tant il est vrai que filles et ports d'Europe sont dangereux à fréquenter lorsque la peau perd de son élasticité et que courir plus de cent mètres vous étouffe.

Croyez-vous que le leçon ne vaille pas que l'on abandonne son portefeuille aux mains d'une fillette trop sensible à des tas de profits?

Lire/ajouter un commentaire



 
 
shadows2
 
shadows3

Valid XHTML 1.0 Transitional CSS Valide !

Top!
Generated in 0.25 Seconds